Ne laissons pas mourir les grévistes de la faim en Turquie Les Kurdes sont nos alliés face à Daesh

Quels que soient les résultats finaux des élections municipales de dimanche 31mars, l’AKP, parti d’Erdogan, a subi des revers d’importance, comme à Ankara.
Le déroulement de la campagne est loin d’avoir respecté les conditions d’un accès égal aux différentes formations démocratiques d’opposition. Dans les médias, le HDP n’a eu « droit » qu’à 30 minutes uniquement négatives.

Les représentants du Parti de Gauche dépêchés dans les bureaux de vote de l’est de la Turquie rendront compte de leurs observations.
Actuellement plus de 7 000 prisonniers politiques membres du HDP sont en grève de la faim. La députée Leyla Güven libérée de prison le 25 janvier, qui jeûne depuis le 7 novembre, est aux portes de la mort. Ils revendiquent le respect des conventions internationales et européennes des droits de l’homme signés par la Turquie : en premier lieu l’arrêt de l’isolement d’Abdallah Öcalan sur l’île-prison d’Imrali. Il est privé de la visite de ses avocats depuis 2011 et n’a eu droit qu’à deux visites de sa famille entre avril 2015 et aujourd’hui.

Le gouvernement français doit rompre le silence.
Le Comité pour la Prévention de la Torture de l’UE doit accomplir sa mission.

Pour sa part, le Parti de Gauche 34 s’engage auprès des victimes de la répression et mènera les actions nécessaires avec nos amis kurdes du Conseil Démocratique Kurde de Montpellier et tous ceux attachés à la défense des Droits de l’Homme.

Le bureau du Parti de Gauche 34

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.