Élections européennes : rompre et refonder l’Europe dans le Sud-Ouest !

-2 Ce vendredi 25 avril 2014 à Blagnac dans la proche banlieue toulousaine, Jean-Luc Mélenchon a donné le départ de la campagne européenne dans le grand Sud-Ouest. La tête de liste et ses co-listiers ont présenté leur programme et leurs objectifs pour “rompre et refonder l’Europe”.

Le Front de gauche présente sept listes pour les élections européennes du 25 mai prochain où les citoyen-nes sont appelé-es à renouveler le Parlement européen. Hier, Jean-Luc Mélenchon qui conduit la liste du grand Sud-Ouest lançait sa campagne à Blagnac (31) en présence de ses co-listiers dont, entre autres, Marie-Pierre Vieu (PCF), David Hermet (Ensemble), Martine Gayraud (PCF), Raoul-Marc Jennar (PG) qui fournit un travail exemplaire sur le Grand Marché Transatlantique (GMT) et Muriel Ressiguier (PG), candidate Front de gauche aux élections municipales de Montpellier.

“Une signification nationale”

“Cette élection européenne va prendre une signification nationale”, pose en préambule Jean-Luc Mélenchon pour qui “les politiques d’austérité ne sont ni comprises ni admises par les électeurs de gauche.” Face à ce constat, “nos listes sont une alternative proposée à la France et nous préférons les bulletins de vote aux coups de bâton”, insiste-t-il. Sa ligne de mire ? Le Grand Marché transatlantique (GMT) actuellement négocié entre l’Union européenne et les États-Unis d’Amérique. “Chaque député votera pour ou contre !”, explique-t-il. La représentation au sein du parlement européen est donc primordiale car chaque bulletin servira à se positionner pour ou contre ce grand marché qui annonce un grand saccage de notre modèle social. Sur le sujet, Raoul-Marc Jennar a entamé depuis plusieurs mois une série de conférences pour expliquer les enjeux (diaporama du projet téléchargeable ici). Sur le sujet, “le minimum de démocratie serait l’organisation d’un référendum”, pose Mélenchon.

Pour cette élection européenne, les objectifs du Front de gauche sont clairs. “Être le plus haut possible ! J’ai été une première fois député européen du Front de gauche. Les électeurs le confirment-ils ? Avons-nous bien fait notre travail ?”, demande-t-il assurant que l’enjeu n’est “pas seulement de confirmer mais d’amplifier”. Il en profite pour lancer un appel aux électeurs socialistes déçus de la politique actuelle : “je sais que vous ne vous laisserez pas prendre au vote utile. Donnez-nous de l’élan ! Aidez-nous à faire élire Marie-Pierre Vieu, deuxième de liste.”

“Les électeurs cherchent un espoir”

Marie-Pierre Vieu justement, présidente du groupe Front de gauche de la Région Midi-Pyrénées et conseillère municipale de Tarbes (Hautes-Pyrénées), enchaîne : “la mise en place du pacte de responsabilité va avoir des conséquences immenses pour les services publics”. Et dans les rencontres qu’elle fait, elle le remarque : “les gens sont touchés, interrogatifs et ils cherchent un espoir.” Pour elle, “notre premier point d’appui, c’est le lien entre les luttes sociales et notre bataille contre l’austérité. Nous menons donc une campagne de refus de cette Europe-là !” Et pour cela, le rassemblement des forces de gauche est à l’œuvre : “notre liste est une liste Front de gauche élargie à des gens de la gauche. C’est l’idée d’un Front populaire qui est la clé de l’alternative.”

“On a beaucoup vu manifester la droite dure et extrême”, poursuit David Hermet. “Mais grâce au Front de gauche, il y a aussi eu de grandes manifestations contre les politiques d’austérité comme nous l’avons démontré le 12 avril dernier. Il faut contester cette politique dans la rue et dans les urnes !”, conclut-il.

Pour une politique de rupture

Sur le plan économique, un des leviers pour “rompre et refonder l’Europe” reste la Banque centrale. “Elle n’a qu’à racheter les dettes nationales”, explique Jean-Luc Mélenchon. “Elle a bien été capable de distribuer mille milliards d’euros aux banques ! Et cette dette ne sera jamais payée car elle est impayable”, analyse-t-il. Avant de conclure, il tient à revenir sur “la cas particulier de la candidature de José Bové”. Et de citer les propos de l’intéressé puisé dans son dernier livre : “je m’érige en gardien des traités” ou encore “il faut pousser la concurrence libre et non faussée jusqu’au bout”. Se disant “consterné” par ces propos, Jean-Luc Mélenchon conclut : “les électeurs qui veulent une politique de rupture se retrouveront dans notre parole.”

ALLER PLUS LOIN

Jean-Luc Mélenchon : “Mon bilan de député européen 2009-2014”, à télécharger ici.

Agenda européennes Région Sud-Ouest.

Programme européen du Front de gauche à télécharger ici.

Les candidats du Front de Gauche.

“Pour comprendre et expliquer le GMT”, DVD de Raoul-Marc Jennar.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.