Communiqué de presse – Parti de Gauche 34 – Congrès 2013

logopg

 

 Communiqué de presse – Parti de Gauche 34 – Congrès 2013

A Montpellier, le lundi 25 mars 2013

Le parti de Gauche a tenu son troisième congrès, les 22, 23 et 24 mars 2013. Une délégation d’une vingtaine de délégués représentait les 350 adhérents de l’Hérault, faisant partie d’une forte délégation des cinq départements de la région Languedoc Roussillon qui se fixe d’atteindre les 1 000 adhérents d’ici la fin de l’année 2013. Dans notre région ont été élus au Bureau National : Myriam Hubert et René Revol. Dans un congrès où étaient présents de nombreux invités venant des cinq continents et notamment d’Europe et de tout le bassin méditerranéen, le Parti de Gauche a réaffirmé sa volonté de porter avec ses partenaires du Front de Gauche, une alternative aux politiques d’austérité imposées aux peuples d’Europe. Une autre politique est possible en France et le Front de Gauche a les moyens de la mettre en œuvre. Ce fut le message des deux co-présidents Martine Billard et Jean-Luc Mélenchon.

Nous aurons l’occasion de porter cette alternative dans notre région lors du grand meeting pour une alternative à l’austérité, le jeudi 11 avril à 20h, à Montpellier dans la salle des rencontres (ancienne Mairie), avec la participation de Jean-Luc Mélenchon et des autres représentants nationaux du Front de Gauche (Olivier Dartigolles – PCF ; Clémentine Autain – FASE ; David Hermet – GA).

Le refus de l’austérité ; qui nourrit le chômage, la précarité et la misère, grandit dans le pays. Devant cette exigence portée par le Front de Gauche, la réaction orchestrée depuis 24 heures par certains ministres et dirigeants du Parti Socialiste est honteuse. Ils ont délibérément modifié les propos de Jean-Luc Mélenchon. Alors que celui-ci avait déclaré au sujet du soutien de Pierre Moscovici aux diktats de l’euro-groupe : « qu’il avait un comportement de quelqu’un qui ne pense plus en français, qui pense dans la langue de la finance internationale », ils ont écrit : « un comportement de quelqu’un qui ne pense pas en français, qui pense finance internationale ». Sur la base de cette citation tronquée ils se sont permis d’accuser d’antisémitisme l’ex-candidat du Front de Gauche à l’élection présidentielle. Une telle ignominie a été démontée par les médias indépendants et les vrais journalistes qui font leur travail avec rigueur.

Nous invitons les dirigeants locaux du Parti Socialiste en région à la retenue, à garder leur calme sans céder à l’injure. Cette tentative de diversion ne trompe personne et mieux vaut répondre aux exigences qui montent du peuple : sauver l’emploi, maintenir le pouvoir d’achat, sauver les services publics, interdire les licenciements boursiers.

Myriam Hubert et René Revol

Co-secrétaires du Parti de Gauche 34

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.